La Rafle

Publié le par Alixte

A l’occasion de la sortie aujourd’hui du film très attendu de Roselyne Bosch, La Rafle, faisons le point sur cette page sombre de l’histoire de France.

N'oublions pas que d'autres longs-métrages sur la Seconde Guerre mondiale viennent d’être réalisés. Mais ils n'ont pas bénéficié d’autant de tapage médiatique.
Je pense au remarquable film de Tony Gatlif, Liberté, traitant d'un sujet peu connu, celui de la déportation des Tziganes d'Europe, ou à L'Arbre et la forêt, d'Olivier Ducastel et Jacques Martineau, sur l'internement des homosexuels.

Rappelons tout d’abord que la première rafle en France a eu lieu le 14 mai 1941, à Paris : 3 710 Juifs seront déportés vers des camps d’internement dans le Loiret. A cette date, le sort qui leur réservé est méconnu de tous.

En janvier 1942, la « Solution finale » est planifiée. Après que Pierre Laval ait été rappelé en avril à la présidence du Conseil, la collaboration prend un autre tournant. Le 18 avril 1942, René Bousquet est nommé Secrétaire général à la police de Vichy. C’est lui qui organisera la rafle du Vél' d'Hiv'. Le 2 juin, le Second Statut des Juifs est décrété : une loi ordonne le recensement de tous les Juifs se trouvant sur le territoire français, y compris la zone libre. Le 7 juin, le port de l’Etoile jaune est imposé en zone occupée. Le 8 juillet, les Juifs sont interdits dans les lieux publics.


La rafle du Vél' d'Hiv'

 

Le 25 juin 1942, Jean Leguay, adjoint de Bousquet pour la zone occupée, est convoqué par Theodore Dannecker, conseiller SS aux affaires juives. Ce dernier, également délégué en France d'Adolf Eichmann, réclame la livraison de 10 000 Juifs de zone sud, et l'arrestation de 22 000 autres.

Les 16 et 17 juillet 1942, 13 152 Juifs - dont 4 115 enfants - sont arrêtés par la police française au cours d’une opération baptisée cyniquement « vent printanier ». Ils seront emmenés au Vélodrome d’Hiver, détenus pendant 6 jours, « vivant » dans des conditions d’hygiène terrifiantes (ni sanitaires, ni eau, ni nourriture, ni matelas), avant d’être déportés dans des camps d’internement à Pithiviers ou à Beaune-la-Rolande, dans le Loiret, avec pour seule nourriture un quignon de pain par jour. Ils y resteront, pour la plupart, deux semaines. Tous seront déportés vers Auschwitz-Birkenau.

La Rafle du Vél’ d’Hiv’ est la plus grande arrestation massive de Juifs réalisée en France. Elle ne devait, en principe, concerner que les hommes et les Juifs étrangers. Les célibataires et les couples sans enfants ont été conduits directement au camp de Drancy - ouvert en août 1941 -, en vue d’une déportation rapide vers Auschwitz.

Au total, 76 000 Juifs - soit 25 % des Juifs de France - seront déportés vers les camps nazis.

De plus, au moins 3 000 sont morts en France dans les camps d'internement.

Plus de 11 000 enfants ont été déportés et ne sont pas revenus ; environ 2 000 étaient âgés de moins de 6 ans.

Seulement 2 600 personnes ont survécu.

Les responsables n'ont jamais été jugés pour ces faits.

Selon l’historien américain Raul Hilberg, 5 100 000 victimes juives sont mortes durant la Shoah, soit 50 % des Juifs d’Europe.

 

Le devoir de mémoire

 

Comment comprendre ce silence pendant tant d’années ? Après la Libération, il y eut un appel au dénie. Qui plus est, le traumatisme vécu empêchait la transmission. Face à l'amnésie institutionnalisée, parler avec d'autres survivants semble l'unique moyen de s'en sortir.

Il n'existe qu'une seule photographie avérée de la rafle du Vél' d'hiv' : http://paris1.mfa.gov.il/mfm/Data/142522.jpg

C'est seulement en 1967, avec la sortie de La Grande Rafle du Vél’ d’Hiv’ de Claude Lévy et Paul Tillard (paru aux Editions Robert Laffont) - livre témoignant de la responsabilité de la France dans cet épisode tragique de son histoire -, qu'un "déblocage" de la mémoire s'effectue.

 

L’Histoire a un devoir de mémoire : celui de regarder, analyser, affronter et essayer de comprendre le passé. Le cinéma participe à cette mémoire.
68 ans après les faits, un mémorial d’images naît.

 

___________________________________________________________________________________

 

Bibliographie

 

ANDRIEU C., KLARSFELD S., WIEVIORKA A., La Persécution des Juifs de France : 1940-1944 et le rétablissement de la légalité républicaine - Recueil des textes officiels : 1940-1999, La Documentation française, 2000.

ARENDT H., Eichmann à Jérusalem, Paris, Editions Gallimard, 1966.

FERRO M., Cinéma et Histoire, Paris, Éditions Denoël/Gonthier, 1977.

FINGER, B., KAREL, W., Vent printanier, Paris, La Découverte, 1992.

GOLDENBERG D., WACHMAN G., Evadé du Vél' d'Hiv', Paris, Calmann-Lévy, 2006.
KLARSFELD S., La Shoah en France, 4 vol., Paris, Fayard, 2001.

LEVI P., Si c'est un homme, Paris, Pocket, 1987.
PAXTON R.O., A. Knopf. Trad. Fr. La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Seuil, 1973.

POZNANSKI R., Les Juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Hachette, 2005.

WIEVIORKA A., Déportation et Génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon, 1992.

 

 

Films et documentaires

 

Nuit et Brouillard (1956), d’Alain Resnais, texte écrit par Jean Cayrol, dit par Michel Bouquet, est le premier film français à aborder de front les camps d’extermination et la « Solution finale » de la « question juive »
http://clioweb.free.fr/camps/nuitetbrouillard.htm

Monsieur Klein (1956), de Joseph Losey
http://www.sceren.fr/tice/teledoc/Mire/teledoc_monsieurklein.pdf

Shoah (1985), de Claude Lanzmann, recueille la moindre parole des survivants
http://www.cahiersducinema.com/article173.html

La Rafle du Vél' d'Hiv' (52 min), de Gilles Nadeau et Jacques Duquesne (2002), produit par Morgane Production, en association avec France 5
http://www.cndp.fr/TICE/teledoc/dossiers/dossier_rafle.htm

Témoignage vécu : Je me suis échappée du Vel' d'Hiv', Anna Traube, rescapée du Vel' d'Hiv', Akadem, Paris, 2006
http://www.akadem.org/sommaire/themes/histoire/1/2/module_908.php

Vichy et les persécutions des Juifs de France, Serge Klarsfeld, Akadem, Paris, 2006

http://www.akadem.org/sommaire/themes/histoire/1/2/module_899.php

 

Sur la déportation des Tziganes d'Europe : Liberté (24 février 2010), de Tony Gatlif
http://www.myspace.com/gatlif

Sur l’internement des homosexuels : L'Arbre et la forêt (3 mars 2010), d'Olivier Ducastel et Jacques Martineau
http://www.advitamdistribution.com/

 

La Rafle (sortie le 10 mars 2010), un drame de Roselyne Bosch, avec Emmanuelle Seigner, Sylvie Testud, Gad Elmaleh, Jean Reno, Mélanie Laurent
http://video.cinefil.com/video/iLyROoafvgEa.html (interview avec la réalisatrice).

 

 

Site officiel du Mémorial de la Shoah

http://www.memorialdelashoah.org/

Jüdisches Museum Berlin

http://www.jmberlin.de/index.php

 

 

 

Je tiens à remercier particulièrement Isabelle Lendrevie-Tournant pour ses précieux conseils.

Alixte



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Publié dans Histoire

Commenter cet article