La voiture électrique, une alternative nécessaire ?

Publié le par Alixte

Face au double défi que représentent le pic pétrolier - le cours du baril au 10 mars 2011 atteint 102.59 $ (74,30 ) - et le dérèglement climatique, le développement des véhicules propres : automobile électrique, véhicule à hydrogène, voiture à air comprimé, voitures hybrides, biocarburants, devient nécessaire.

Quelle place la voiture électrique aura-t-elle dans nos agglomérations dans les années à venir ?

 

Histoire de la voiture électrique en quelques dates

 

Robert Anderson, homme d’affaires écossais, invente dans les années 1830 le premier véhiculela-jamais-contente électrique - un fiacre -, mais les batteries ne sont pas rechargeables. 

L'Américain Thomas Davenport crée en 1834 le premier moteur électrique fonctionnel.

Gaston Plante, physicien français, invente la première batterie rechargeable au plomb et à l'acide en 1859. L'inventeur britannique Thomas Parker construit la première voiture électrique en 1884.

En 1899, en Belgique, La Jamais Contente (photo ci-dessus) est la première automobile électrique à dépasser les 100 km/h. porsche

La Lohner-Porsche, voiture mue par deux moteurs-roues, qui développe 7 chevaux et a une autonomie de 20 minutes grâce à sa batterie rechargeable, est présentée en 1900 lors de l'Exposition universelle de Paris (photo ci-contre).

En 1912, la production des véhicules électriques est à son apogée, mais l'introduction de la Ford Model T à essence change la donne.

Les années 1920 voient leur déclin dû à leur faible autonomie, leur vitesse trop basse, leur manque de puissance, la découverte de grandes quantités de pétrole au Texas et leur prix deux fois plus élevé que les Ford à essence.

Pendant deux décennies, la voiture électrique est absente du marché. Il faudra attendre 1959 ave1959c le lancement de la Henney Kilowatt (photo ci-contre), première voiture électrique moderne. Ce modèle atteint une vitesse de 64 km/h sur une distance de 64 km. Jugée trop chère par rapport aux voitures à essence, la production est rapidement abandonnée.

Avec l’augmentation du prix de l’essence en 1973 (premier choc pétrolier : embargo de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole envers les États-Unis) apparaît une nouvelle génération de voitures électriques : la CitiCar, en 1974, petit véhicule à deux places, disposant d'une autonomie de 100 km et la micro voiture Zegato Zele, de conception italienne, commercialisée aux États-Unis. Trop petites, ces deux voitures ne s'imposent pas sur le marché.

La loi californienne Zero Emission Vehicle de 1990 (abandonnée en 2002), qui stipule que chaque constructeur doit compter 2 % de véhicules verts dans ses ventes, force à produire des véhicules électriques. General Motors lance l'EV1, première voiture électrique de série de l'ère moderne (photo ci-dessous).

 

EV1En France, Renault produit la Zoom, une micro-citadine et s'initie en 1996 à l'hybride, mi-thermique, mi-électrique, consommant 3 litres au 100 et capable de rouler à 160 km/h. Mais les ventes ne dépassent pas le millier, en raison de leur faible autonomie (80 km) et de leur coût.

 

Le XXIsiècle voit apparaître une nouvelle génération de véhicules électriques ayant une autonomie supérieure à 160 km, un temps de rechargement de 8 heures, un prix d'achat qui diminue (Renault propose son modèle de base Twizy à partir de 6 990 euros, sans la batterie, qui sera en location).

 

Les autres types de véhicules propres

 

Le véhicule à hydrogène utilise la technologie de la pile à combustible pour stocker et embarquer de l'énergie sous forme d'hydrogène. Mais l'hydrogène est très cher à produire et peu efficace sur le plan énergétique.

La voiture à air comprimé, quant à elle, stocke l'énergie sous forme d'air comprimé. L'air se détend ensuite dans le moteur en entraînant un piston. Ce type de véhicule n'a pas encore été homologué.

La voiture à hybridation parallèle, qui repose sur la coexistence de deux groupes motopropulsifs indépendants, l'un électrique, l'autre thermique, permet de diminuer la consommation de carburants de 10 à 100 %. Mais le coût de ces véhicules reste élevé.

 

Face à la flambée du prix du baril de pétrole, à la dépendance envers les sources d'énergies fossiles non renouvelables et aux changements climatiques (l'automobile représente 13 % des émissions de CO2 dans le monde, et 20 % en Europe), la voiture électrique à zéro émission apparaît comme une solution crédible    

 

 

Alixte

 

 

 

Pour plus d'information

 

Histoire de la voiture électrique / History of electric cars

http://www.greenprixracing.com/index.php?option=com_content&view=article&id=117&Itemid=113&lang=fr

 

La voiture électrique : reportage TV de 1968 (Ina)

http://www.voitureelectrique.net/la-voiture-electrique-reportage-tv-de-1968-ina-fr-2798

 

La technique de la voiture électrique

http://www.voiture-electrique-populaire.fr/

 

France mobilité électrique

http://www.france-mobilite-electrique.fr/

 

The European Association for Battery, Hybrid and Fuel Cell Electric Vehicles

http://www.avere.org/www/index.php

 

Autolib', le projet

http://www.autolib-paris.fr/spip.php?rubrique1

 

Pour un monde durable

http://pourunmondedurable.blogspot.com/

 

 

 

Publié dans Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article